Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
REFORME ??? Les réflexions d'un retraité de la FEDERATION ADVENTISTE de Martinique

REFORME ??? Les réflexions d'un retraité de la FEDERATION ADVENTISTE de Martinique

REFORME ??? Les réflexions d'un retraité de la FEDERATION ADVENTISTE de Martinique

Publié le

Histoire antique

 

    En Egypte d’antan, les esclaves assistaient aux fêtes en l’honneur de telle idole nationale de la semaine astrologique où telle autre correspondant à un des signes du Zodiaque. Tous fêtaient Baal le dieu soleil (dimanche) nommé Osiris ; Astarté la déesse lune (lundi) nommée Isis ; Mars, (mardi) ; Mercure, (mercredi)  Jupiter, (jeudi) ; Vénus, (vendredi) et Saturne le Moloch, ou « Saturne l’Africain » (le samedi).  Saturne est le monstre de la carbonisation, de la part duquel les médiums faisaient promettre la prospérité économique, les pluies de saisons, l’abondance des moissons et le succès à la guerre, à condition qu’on lui offre dans la fournaise placée à ses pieds, des premiers nés vivants. L’espérance de gagner beaucoup d’argent sale et d’obéir aux rois poussait les familles à sacrifier leur premier né, ou même d’acheter un enfant esclave afin de l’offrir comme sacrifice à Saturne le Moloch. (Jér 32 : 34- 35). En temps de guerre, certains rois et gouverneurs brûlaient leurs enfants dans la fournaise de Moloch afin d’avoir du succès. Le comité de famille se réunissait pour décider quel enfant offrir lors des Saturnales. Le premier né est le premier enfant male. Parfois, il y avait les enfants des épouses, ceux des concubines, ceux des esclaves nés à la maison. Le comité de famille avait plusieurs séances et confrontations avant de trouver l’enfant qui sera radié et carbonisé.

 Question : Le désir de s’enrichir neutralise t’il tout sentiment de tendre paternité et toute affection naturelle ?

Selon la justice immuable de la réciprocité, quand Dieu a puni les esclavagistes égyptiens, en faisant mourir leurs premiers nés, l’angoisse nationale leur a rappelée la mort des bébés offert à Saturne ainsi que des bébés males hébreux, jetés dans le Nil sur ordre de Pharaon ainsi que la souffrance des parents dépressifs et impuissants.

 

 

Fêtes nationales en Egypte

   Lors des Fêtes du taureau ailé (Baal) et celle de son fils Apollon, (le veau d’or) plusieurs manifestations nocturnes étaient animées par la musique et des danses. Des femmes aux mœurs déchaînées enflammaient les passions masculines. Dans le tourbillon de ce « carnaval », sans identité et sans pudeur, à la faveur des ténèbres, elles se livraient toutes à la débauche pendant le reste de la nuit. Les hébreux, autorisés pour la circonstance, sans repère et sans connaissance du Dieu d’Abraham, trouvaient ce défoulement utile et très agréable pour oublier un instant la dureté de leur servitude. Les viandes sacrifiées aux idoles, la débauche et l’alcool étant gratuits, tous se livraient au défoulement dansant par ordre du roi. Plus tard, le roi Balak sur le conseil de Balaam a utilisé ce piège immoral, afin de pervertir le peuple juif, et pour pouvoir les attaquer quand le Dieu Saint s’éloignerait d’eux. (Nom 25)

 

23000 exécutés au pied du Sinaï 

   Après leur sortie d’Egypte, pendant que Dieu dictait à Moïse, les lois du Pentateuque,  ce désir de débauche nationale leur est revenu et ils s’y sont vautrés à nouveau. Moïse à donné l’ordre d’exécuter tous les débauchés, de sorte qu’il en tomba 23000 en un seul jour. (1 Cor 10 : 8) Défoulement, danses érotiques, adultères, fornication, idolâtrie, ces crimes non délaissés ont reçu leur sentence : Le salaire du péché c’est la mort. Dans la nouvelle Alliance, fort heureusement, depuis la mort de Jésus, tout pécheur repentant, (décidé à sortir de l’immoralité) est gratuitement justifié par la grâce de Jésus Christ. (Rom 3 : 23- 24) Alors que Dieu indiquait à Moïse le nom des nations qui sacrifient des enfants en les jetant au feu devant Moloch, (des nations impies qu’Israël plus tard, aurait à détruire), à la faveur de l’oisiveté, des agents idolâtres avilissaient les hébreux pour que Dieu se retire du milieu d’eux. (Lév 20 : 1-5 ; Deut 13 et 17) Une lecture générale de la Bible nous permet de savoir que l’idolâtrie n’a pas été vaincue par Israël.

 

Dieu dévoila son plan au peuple d’Israël

 L’Eternel parla à Moïse et dit : Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né des enfants d’Israël, tant des hommes que des animaux : Ils m’appartiendront. (Ex 13)

  Cet objectif était de fournir au peuple saint, des naziréens, (Nom 6 : 13- 21) : Des prophètes dans toutes les familles d’Israël ; Des juges plus puissants et moins sensuels que Samson ; Des hommes remplis du Saint Esprit aussi pures que Samuel, aussi nobles que Daniel, aussi fermes que Moïse ; Des hommes consacrés comme David, capables de mener Israël à la conquête des nations afin que ce peuple saint devienne la première des nations, soumettant la terre entière à l’autorité de Dieu, selon la promesse : L’Eternel fera de toi la tête, et non la queue, tu seras toujours en haut et jamais en bas, lorsque tus obéiras aux commandements de l’Eternel, ton Dieu, que je te prescrit aujourd’hui, lorsque tu les observeras et les mettras en pratique. (Deut 28 : 1-14) La justice, la droiture, la sainteté et la fidélité des premiers nés consacrés seraient une puissance capable de faire capituler les forces occultes de Babylone qui recommandaient les sacrifices humains pendant les Saturnales.  

 

  L’opposition cosmique se lève

 La consécration des premiers-nés à Dieu fit trembler Babylone, puissance opposée qui soumettait le monde par la puissance des armes, l’occultisme et l’astrologie.

  Alors, l’autorité de chaque peuple fut dressée pour exécuter la volonté des rois et gouverneurs, par la statue de Saturne. Selon Wikipédia, (Internet) c’est une forme humaine masculine, ayant parfois une tête de loup, placé devant une fournaise destinée à carboniser des sacrifices vivants. Seuls Schadrack, Méschac, Abed-Négo ont survécu à cette exécution. Ils ont choisi la mort plutôt que de se prosterner devant Saturne, lors des Saturnales, et le Dieu d’Israël a neutralisé le pouvoir du feu de Moloch sur leur personne, leurs vêtements et leurs cheveux. (Dan 3) Sur des centaines de milliers de captifs hébreux, 3 seulement refusaient de rendre hommage à Saturne.

 

 Contre offensive babylonienne

   Afin d’annuler le plan de Dieu, qui ordonnait la présence d’un homme consacré dans chaque famille d’Israël, Babylone a ordonné pour toute la terre, le sacrifice de tous les premiers nés, à jeter vivants dans la fournaise, pendant la fête des Saturnales qui commencent un samedi de décembre mais dure plusieurs jours. (Voir Internet) En plus des premiers nés, les prisonniers politiques, les premiers nés des rois ; Tous ces sacrifices vivants avaient pour but de gagner la faveur des dieux que nous appelons diables, à la lumière des écritures. Ainsi, les futurs héros du Tout Puissants seraient tous carbonisés par leurs propres parents. Et Israël, sans naziréens, sans juges consacrés, ne pourrait plus conquérir les nations, mais resterait asservi aux puissances occultes des rois barbares. Selon l’ordre donné à Moïse, par la réciprocité de la justice divine, la nation qui brûle en sacrifice ses premiers nés doit être détruite. Dans les écritures saintes, Ces crimes sont désignés comme de grandes abominations. (Ez 8) Certaines versions de la Bile traduisent « Passer leurs enfants par le feu », alors qu’il fallait traduire : exterminer l’enfant innocent en le jetant vivant dans la fournaise.

 

Identification des dieux babyloniens

   Saturne le Moloch a également une mythologie monstrueuse où les gouverneurs affectionnent particulièrement la destruction de la vie des êtres sans défense, ex : Pharaon avait donné l’ordre à son armée de jeter tous les enfants males dans le fleuve, afin de faire échouer la prophétie d’un futur libérateur pour Israël. Il n’avait pas la patience d’attendre les Saturnales pour les carboniser. Dieu crée la vie et l’entretien avec une délicatesse perfection ; Le diable commercialise, opprime, excommunie, radie et extermine tout être sans défense.

  Le roi Hérode a ordonné le massacre des nouveau-nés jusqu’à l’âge de deux ans et au dessous qui étaient à Bethlehem, dans l’espoir de faire mourir Jésus, le libérateur promis. Hérode était un saturnien sadique, aussi cruel que les monstres des enfers.

   Le mépris de la vie du plus faible, se retrouvait dans le combat imposé aux gladiateurs, s’il tombe… Tuez-le !

L’excommunication, l’exclusion, le licenciement arbitraire, le rejet de l’autre, la radiation des membres sans défense et la séquestration de leurs libéralités, sont encore l’œuvre inspirée par ce monstre appelé Saturne le Moloch, œuvre machiavélique adaptée à chaque pays et chaque civilisation.

Attention, l’histoire ne se termine pas à la tombe ; Si, après la vie terrestre, les victimes se retrouvent au paradis, et les méchants, en enfer, dans le feu et le soufre, ils y seront pour avoir traité ainsi les créatures de Dieu.

Hélas ! Les sales richesses de la prospérité Babylonienne, tant convoitées par les citoyens qui carbonisaient leurs enfants, provenaient des génocides, des massacres et du pillage des ressources de toutes les nations vaincues.

Les soldats avaient pour mot d’ordre : « Si l’individu a une dent en or, tuons-le et prenons la dent ».

 

Les Saturnales et la chute d’Israël

La Bible dit qu’Israël a souvent reproduit ces fêtes des Saturnales accompagnées des sacrifices de premiers nés : Ils ont bâti des hauts lieux pour brûler leurs fils et leurs filles : (Jér 7 : 31) Je les souillai par leurs offrandes quand ils jetaient dans le feu leurs premiers nés ; (Ez 20 : 26) Ne vous prostituez-vous pas après leurs abominations, en jetant vos enfants dans le feu, vous vous souillez encore aujourd’hui par toutes vos idoles ; (Ez 20 : 30-31) Je  tournerai, moi, ma face contre cet homme qui livre ses enfants à Moloch, et contre tous ceux qui se prostituent comme lui en se prostituant à Saturne le Moloch. (Lév 20 : 1-5) La justice réciproque atteindra tôt ou tard les exterminateurs. (Ap 13 : 10)

Livrer quelqu’un à Moloch, c’est également le faire choisir le jour de Moloch pour rendre son culte. Ces lois astrologiques sont venues à l’existence après le déluge de Noé, lors du règne de Nemrod.

A la fin, Dieu se lèvera contre les radiateurs impitoyables vénérant un des 7 astres de l’armée des cieux. (Sop 1)

 

Le crime abominable contre le Créateur

Attribuer au Créateur l’offrande du Samedi de Saturne, comme saint Sabbat, consiste à rendre le vrai Dieu responsable des sacrifices de millions d’innocents, jetés vivants dans la fournaise, pendant le règne des empires universels. Plusieurs rois ont replacé ce monstre (Saturne) dans la cour du temple de Jérusalem. (2 Chr 33 : 4- 6) Egalement dans les hauts lieux, sur les collines élevées de tout le territoire. Manassé se demandait : Lequel vénérer : Saturne’tan ou Satan’turne ? Il jetait ses fils vivants dans la fournaise de Saturne. (2 Roi 33 : 6) L’hommage du samedi devant le monstre s’accompagnait de ces sacrifices humains. Le roi croyait que les démons saturniens lui donneraient de l’argent et de l’or… Mirage ! Il s’est damné pour rien…

La Bible dit : Si un homme pêche contre un autre homme, Dieu le jugera. S’il pêche contre l’Eternel, qui intercédera pour lui ? (S’il pêche en affirmant que Dieu a béni un des 7 jours astrologiques babyloniens, alors que c’est faux, qui intercédera pour lui ?)

 

Jours d’adoration dans le premier et le deuxième temple de Jérusalem

·         Voici, j’élève une maison au Nom de l’Eternel mon Dieu, pour la lui consacrer… Pour offrir les holocaustes du matin et du soir, des Sabbats, des nouvelles lunes, et des fêtes de l’Eternel, notre Dieu, suivant une loi perpétuelle pour Israël. 2 Chr 2 : 4

·         Salomon offrait ce qui est prescrit par Moïse pour chaque jour, pour les Sabbats, les nouvelles lunes et pour les fêtes trois fois l’année, à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles. 2 Chr 8 : 13

·         Le roi Ezéchias donna une portion de ses biens pour les holocaustes du matin et du soir, et pour les holocaustes des Sabbats, des nouvelles lunes et des fêtes, comme il est écrit dans la Loi de l’Eternel. 2 Chr 31 : 3

·         Jours d’adoration dans le deuxième temple : La porte du parvis extérieur sera ouverte le jour du Sabbat, elle sera ouverte le jour de la nouvelle lune… Le peuple du pays se prosternera devant l’Eternel à l’entrée de cette porte, aux jours de Sabbat et aux nouvelles lunes. Ez 46 : 1-3

L’amour de l’argent produit la profanation naturelle des saints jours bénis et sanctifiés qui sont éternellement fixés : Le 7, 14, 21, 28e jour après le repos mensuel de la nouvelle lune. Changer, déplacer, ignorer, mépriser ces jours saints est encore un grand mal. Les portes de l’enfer s’ouvriront pour les avions et les navires qui transportent l’argent du faux Christ, tiré des familles pauvres et exporté vers les grandes villes. (Ap 18 : 11- 24)

Un désir de prospérité, peut ‘il nous rendre indifférents et sourds à l’appel : Sortez de Babylone ! mon peuple ?

Produire le culte du samedi antique, avec les sacrifices de radiations, en y adaptant les saintes écritures et les Noms du Dieu de la vie, est ce que cela consiste à livré à Saturne une multitude qui mépriseront la nouvelle lune et les Sabbats bénis ? N’est-ce pas se charger de corps et d’âmes d’hommes ?  (Ap18 : 13)

 Les enseignants sont responsables devant Dieu des conséquences de leur enseignement. Si leurs adeptes, après la résurrection, ont perdu la vie éternelle qu’ils devraient obtenir par la pratique de la justice révélée dans la Sainte Parole, (de laquelle, ils n’avaient pas à extraire un iota), ils seront détestés par leurs victimes, agressés par une multitude de désespérés en révolte, condamnés par la justice universelle et rejetés par Dieu. (Jér 25 : 34- 38)

Riche, honoré et distingué sur terre, applaudis derrière les pupitres, les voila brusquement sortis du sommeil hypnotique que donnent la prospérité économique et l’éloquence. (Ap 3 : 14- 22)

Les solennités de l’Eternel sont gardées : Quand le Créateur vit la jouissance que tirent les religieux de l’oppression, l’injustice, l’exclusion, la radiation sans restitution, la servitude, l’exploitation et la manipulation des êtres subordonnés sans défense, avec des règlements tels que : (Faisons les rouler sans leur donner de carburant… Faisons-les travailler sans salaire… Nous n’employons que des laïcs bénévoles… S’il tombe radiez-le… Le commerciale mangera sur le bénéfice de ses ventes, s’il réussit à vendre… Ils feront des briques sans paille…)  En retour, un décret éternel est sorti : Je jurai dans ma colère, ils n’entreront pas dans mon repos. (Héb 4)

Une réforme intelligente où la loi retrouve son rôle bienfaisant ouvrira peut être la porte vers le repos pour tous les vainqueurs. Jésus a promis le secours du Saint Esprit à ceux qui aspirent à la justice : Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. (Mat 5 : 6)

 

Commenter cet article

Lire mon livre gratuit

Articles récents

Hébergé par Overblog