Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réforme ??? Réflexions d'un religieux

Réforme ??? Réflexions d'un religieux

Réforme ??? 144 réflexions d'un religieux de Martinique

Publié le

 

Par stratégie, des guerriers étudièrent les lois juives.

En cherchant dans les rouleaux écrits par Moïse,

Ils trouvèrent comment les vaincre en interdisant l’obéissance,

Ce qui rendit odieuses les générations de la Sainte Alliance.

Pourtant,un des chefs trouva dans la loi le secret de la vie ;

Comment plaire à Dieu sans louange ni cérémonie.

Corneille était un centenier Romain détesté des religieux ; (1)

Cette race prétendait être la seule élue de Dieu ;

Mais, quand par convention on écarte la loi des prémices

C’est renier l’héritage d’Abraham qui s’obtient par la justice. (2)

Quand on déplace les bornes en méconnaissant l’aumône,

Cette gestion attirent les malédictions du Deutéronome. (3)

Pour ce Romain, ces célestes lumières étaient précieuses ;

Des lois de bienfaisance qui attirent la faveur des cieux.

Alors, de son salaire il réservait une légale droiture, (4)

Pour soutenir les pauvres, victimes de la conjoncture.

Il ne cherchait pas à séduire Dieu par des louanges,

Ne se pavanait pas en se faisant passer pour un ange ;

Mais, de sa libéralité il nourrissait les juifs affamés.

Renié sur terre il fut l’élu du ciel par sa libéralité.

Agréable aux yeux de celui qui juge les hommes,

L’ange lui dit : «  Dieu s’est souvenu de tes aumônes  ; (5)

Il a entendu tes prières. Il te sauvera toi et ta maison « ;

Vous serez mis à part pour le jour du « grand pardon ».

   Croyants de la fin des temps, amis de l’argent ! (6)

Voyez tous ces misérables qui périssent faute d’aliments,

Des pauvres qui soupirent après votre légale libéralité.

Ce sont vos frères quel que soit leur nationalité.

Sur le grand trône parviennent les comptes de l’humanité.

Les banques disent : « Nous sommes comblées par leur cupidité ».

Le stockage de l’équité cause la mort des misérables ;

La famine est parfois le fruit d’une gestion déplorable. (7)

Donnons l’aumône aux défavorisés qui ont faim ;

Dieu leur a consacré le dixième de tous les biens.

Méconnaître ce droit, c’est perpétuer les erreurs d’Israël.

Le consommer, il endurcit notre nature déjà cruelle ;

L’ignorer secrètement, c’est opter pour le règne de l’iniquité.

Le méchant est le cupide qui gère sans libéralité.

Supprimer ce droit, c’est faire couler le sang des misérables ; (8)

Le stocker égoïstement, il constitue un avantage abominable ;

Une souillure sociale qui augmente les gémissements des pauvres ;

Cause de la grande tribulation dont l’appât du gain est l’opprobre.

Pour la race humaine, Dieu donne les ressources de la création,

Et garantit la vie à ceux qui partagent par abnégation.

Plusieurs des enfants d’Abraham cherchaient la faveur divine,

Dans les pratiques cérémonielles acceptées comme doctrines.

Mais Dieu ne peut être séduit par la pompe religieuse,

Doux refuge de la conscience et paradis des âmes trompeuses.

Corneille représente l’homme politique qui soulage la pauvreté,

En contraste avec les religieux qui vénèrent la fausse prospérité.

Ceux qui reviennent de la mine d’or avec les plus gros sacs,

Tombent dans le piège fatal signalé par l‘apôtre Jacques. (9)

Le Père céleste accordera à ceux qui ont cru, une couronne,

Si leurs prières et louanges ont été accompagnées d’aumônes.

Afin d’être reçu par le Sauveur de Corneille, choisissons la vie.

La vraie piété attestée par la justice et l’aumône,  c’est la vie. (10)

 

(1) Ac  10   ;   (2) Dt  26. 1-11   ;   (3) Dt  27. 19   ;   (4) Dt  26. 12-19   ;   (5) Ac  10. 31   ;   (6) 2 Tm 3   ;   (7) Ha 2   ;   (8) Es  59 ;
(9)  Jac. 5   ;   (10) Mt 6.1-4

Voir les commentaires

Publié le

Dans la vallée du jugement, tous se livrent à des reproches amères.

Ressuscités, couvrant la surface du globe comme le sable de la mer,

Ils sont tous nus, hommes, femmes et démons dans la honte éternelle.

Plus d’orgueil, plus de grandeur, plus de vêtement sur cette terre déserte,

Des démons fous furieux et des méchants hurlent leur désespoir.

Le ciel reprend les échos de leurs lamentations lugubres et bestiales.

Tous ont les yeux rouges, les cheveux en loques, les visages congestionnés,

Des larmes intarissables marquent la déception d’une vie de péché.

L’épouvante règne partout et des cris désespérés déchirent l’espace.

Des anges rebelles, redoutant le jugement disent des jurons exécrables,

Soulèvent des tempêtes de poussière, lancent des pierres et des imprécations.

L’espace est chargé de malédictions, c’est une nuit de lamentations.

Dans une chaleur infernale, règne une confusion lamentable.

Au regard de tous, la Cité d’or descend comme une perle admirable.

A son sommet est le trône de Dieu, dressé pour le jugement dernier. (1)

Son éclat surpasse celui du soleil, il est conçu pour terrifier.

Les juges se placent :  Il y aura une comparution individuelle. (2)

Chacun sera jugé d’après ses œuvres filmées dans la vie première.

Des dates, des heures sont précisées pour le jour de comparution. (3)

Plusieurs disent : « J’étais pas d’accord avec ces histoires de résurrection…

Je n’ savais pas que cela finirait ainsi. On m’ l’a jamais dit…

Je n’ veux pas que l’univers sache ce que j’ai fait comme interdit.

Si je savais ces choses, je serais sur terre le meilleur des chrétiens.

Si je savais… Je ne serais jamais parmi ces damnés païens.

Mon erreur a été principalement d’ignorer le Créateur ». (4)

Et toi ! qu’as tu fait, Toi prédicateur qui sauvait les pécheurs ?

« Moi ? j’avais beaucoup d’argent, je gérais avec avidité.

Mes adeptes sauvés, m’ont fait tomber par leur libéralité.

Si je savais que les lois de l’enfer consistent à acquérir ,

En contraste avec celles du ciel qui ordonnent de tout répartir, (5)

Je serais dans la sainte cité…  Mais, influencé par des docteurs,

J’ai dépouillé les misérables qui font la gloire du Créateur.

Voilà, Je suis né égoïste, converti avare, puis je suis mort cupide.

J’ai dévalisé des régions pauvres en emportant leurs subsides.

Un diable crie : « Ces damnés orateurs ont caché toute la vérité ;

Ils ont prêché la grâce sans la justice pour atteindre la cité. (6)

Pour s’être enrichis par éloquence... Les voilà tous avec nous !

Leurs bouches étaient pleines de promesses sans loi pour séduire les foules. (7)

Sans justice ni droiture les biens des riches ne sont que vomissure !

Ils comparaîtront tous pour haute trahison lors de la procédure.

Ils ont chassé « Moïse » dans le désert économique, sans eau,

Et ont bu le jus de la vigne de Naboth devant le Très-haut ».

Les réprouvés gémissent :  « Si le bon Dieu nous donnait une nouvelle chance…

Nous étions fous ! Recevoir sans donner, telle était notre compétence…

Telles des abeilles qui transportent le nectar vers leur ruche,

Nous avons ruiné les mendiants  en amassant des pièces pour les riches.

C’est trop tard... Le tribunal nous reprochera la mort des mal nourris…

Nous sommes entrés dans le guet-apens du capitalisme pourri. (8)

L’industrie la plus florissante de la terre était celle des religions ;

L’exploitation de ces trésors nous a rendue noires comme du charbon.  (9)

Notre jouissance terrestre était, un téléphone et un ordinateur ;

Nous avons appelé bénédiction, un chéquier, filet de l’oiseleur ».

       Amis et frères ! Nous n’avons que cette vie pour nous préparer pour l’expertise.

C’est maintenant que le grand salut doit nous pénétrer de sa hantise !

        « Que sert-il à un homme de gagner le monde, s’il perd son âme » ?

        « Que donnerait un homme (au  jugement dernier) en échange de son âme » ?   10)

 

(1) Ap 20.7-15 - 21   ;   (2) Ap 20. 11-12   ;   (3) Ap 20. 13-15   ;   (4) Pr 1. 23-33   ;   (5) Mt. 14. 13. 21   ;   (6) 2 P. 2   ;  
(7) Mt 16. 26   ; 
(8) Jc 2. 1- 13   ;    (9) Mt 23   ;   (10) Mt 24. 4-5

Voir les commentaires

Publié le

 

Jeune homme fier et ambitieux, tu atteins tes objectifs,

La vie te sourit et tes conquêtes jalonnent ton actif.

Tu séduis et tu trompes toutes celles qui t’admirent.

Tu te persuades qu’il faut toujours croire en l’avenir ;

Mais la fin est proche, les jours mauvais vont se hâter.

Bientôt cette planète cessera d’être un monde habité.

S’il y a eu un commencement, il y aura une fin ;

Il y aura un terminus pour les passagers du train.

Quand un avion amorce une descente verticale,

Et tous les passagers crient leur détresse lamentable,

Quel prestige ou quelle étiquette peut délivrer?

A quel saint peut-on s’adresser pour être sauvé ?

Ainsi, seront certains évènements de la fin des temps ,

Comme une nuée ardente, ils surprendront les impénitents.

Bientôt tombera du ciel un déluge de feu éternel,

Une violente tempête détruira toute vie charnelle. (1)

Quand les autorités célestes jugeront les nations,

Les égoïstes crieront leurs dernières lamentations.

Que feras-tu quand le soleil sera privé de sa lumière?

Quand le froid glacial, funèbre, givrera l’atmosphère ?

Que feras-tu quand la terre sera une fournaise ardente ?

Quand notre paradis deviendra une flamme dévorante ?

Que feras-tu quand le TOUT-PUISSANT fixera les destinées,

Glorifiant ses élus et exterminant les impies obstinés ?

Où seras-tu quand les squelettes et les crânes des cupides,

Deviendront le carrelage d’un paysage morbide ?

Il est encore possible, aujourd’hui de changer de camp,

De renoncer à la présomption aveugle des tyrans.

Réussir sa vie sans Dieu est une forme de démence (2)

Quand viendra le réveil, étonnée sera la conscience. (3)

Avant le déluge, les méchants se croyaient immortels,

Comme à Sodome où ils furent brûlés par le feu du ciel. 

Les êtres excités faisaient de leur vie une aventure ;

Les mêmes passions causeront, bientôt, la fin des souillures. (4)

Les médias disent : « Nous entrons dans une zone de turbulence ».

Des vies seront emportées par des fléaux d’une rare violence.

Notre dernière initiative doit être le triomphe de l’intégrité.

Plusieurs hérauts de la foi, ont  vécu d’abord sans sainteté,

Mais après un réveil de la conscience, ils ont choisi,

De se placer sous l’abri du Très Haut pour la vie.

Où seras-tu quand sera fixé le sort de l’humanité ?

Dans le feu terrestre ou enlevé vers la sainte citée ?

Porteras-tu une couronne comme les saints du Christ ?

Seras-tu avec les patriarches en vêtements magnifiques ?

Réfléchis, ta précieuse destinée est entre tes mains. (5)

Déjà trop d’êtres humains par cupidité se donnent au malin.

De même qu’un navire trop chargé ne résiste pas à la tempête,

La nature en colère éprouvera les consciences malhonnêtes.

Ceux qui se tournent vers Dieu entreront tous dans l’arche ;

L’invitation du Fils de Dieu est pour toutes les races.

Si nous restons sourds à ses appels, il n’entendra pas nos prières,

Car sa justice purifiera la terre de tous faux gestionnaires.

« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs.

Comme lors de la révolte ». (6)

 

(1) 2 P 3   ;   (2) Rm 1. 18-32   ;   (3) Pr 1. 20.33   ;   (4) Lc. 17. 26-30   ;   (5) Rm. 2. 1-10   ;   (6) Hé 3. 15   ;   Hé 3. 7

Voir les commentaires

Publié le

Le Créateur a décidé parmi les mille espèces honorées 

Laquelle discernera la sagesse de l’œuvre de sa majesté

Qui sera animal, oiseau, poisson ou fait à son image.

J’ai reçu l’honneur d’être humain pour lui rendre hommage.

Dans son dessein de me confier des jours, des mois et des années,

Il a trouvé utile que je sois parmi les derniers-nés.

Un être imparfait, qui sortira d’une vie de libertinage,

Puis, marchera en déplorant l’injustice qui fait des ravages. (1)

Je suis un fragile mouton parmi ceux de son vaste troupeau ,

Une brebis récupérée qui évolue sous le regard du Très Haut.
Mon céleste berger est le Lion de la tribu de Judas ; 

Il dispersera les loups affamés qui viennent pour le carnage.

Rien n’échappe à son regard scrutateur et à son autorité.

Il lit les pensées, entend les gémissements que crée la pauvreté.

Si, fatigué de la route, je frémis, trébuche et chancelle,

Mon berger s’approche, me porte dans ses bras paternels.

Pour Dieu, quel rôle dois-je remplir, dans ma courte existence ?

Pour quelle raison, le Père aimant me donne la vie en abondance ?

A moi s’offre l’opportunité de rechercher le Dieu de vérité,

En pratiquant la justice et en exerçant la charité.

Dans cette guerre impitoyable qui se déroule sur la terre,

Il y a nécessité de combattre sous une des deux bannières.

Pour Dieu et mon Sauveur, je décide de me montrer vaillant,

Car Christ m’indiquera de mon caractère tous les traits défaillants.

Mes culpabilités ? Dans les eaux du baptême il les a lavées.

Au fond de la mer a été jetée mon immoralité. (2)

Dans la tentation, si je m’enfonce, je crierai vers mon Père,

Il me donnera le collyre, qui pour Moïse fut nécessaire. (3)

Du souvenir de mon passé impur, le Sauveur m’affranchira.

De mon égoïsme déplorable, un jour, le Christ me purifiera.

Mon présent ? C’est une grâce infinie, de vivre sous son regard.

Mon avenir ? J’espère avec les saints triompher dans la gloire.

Ma préoccupation est de me préparer pour la céleste cité,

Etre parmi les saints prophètes et les élus ressuscités. (4)

Voir Daniel et les saints Apôtres qui ont triomphé du péché,

M’élever avec Christ dans le char des saints glorifiés.

Puisque certaines vies contribuent au bien en jouant un bon rôle,

La voix du Créateur me persuade par ces Paroles :

« Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur,

Qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du Pays,

Afin que je ne le détruise pas ; mais je n’en trouve Point ». (5)

Avant les catastrophes de la fin, plusieurs se lèveront,

Et par eux, les croyants prendront de nouvelles orientations.

A un jeune appelé, Dieu lui rappelle le but de sa destinée :

« Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère,

Je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein,

Je t’avais consacré…(6) Ecris dans un livre toutes ces paroles… (7)

Ne promène pas des regards inquiets. Car Je Suis ton Dieu ». (8)

A son appel : « qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ?

Je désire répondre : « Me voici et envoie-moi ». (9)

 

     (1) Mi 6   ;   (2) Mi 7. 18-20   ;   (3) Héb. 11. 23-29   ;   (4) Ap 7. 9-12   ;  (5 ) Ez 22. 30   ;   (6) Jr 1. 4- 5   ;   (7) Jr 30. 2    ;   
   
(8) Es 41. 10   ;  
(9) Es 6. 8

Voir les commentaires

Publié le

1

Le projet de Dieu de combler de bonheur toutes ses créatures,

Réalisé à la perfection, tous jouissaient d’une joie pure.

L’harmonie céleste coulait à flot dans ce monde enchanteur,

Tout dans la création reflétait  Dieu, la gloire et l’Honneur.

Brutalement, un rideau funeste fut jeté sur cette cité ,

De grandes souffrances sont entrées dans cette sainte félicité.

Par ses tourments et ses tortures, certaines vies sont une épreuve,

Des victimes sans nombre succombent, ruinées par les mauvaises œuvres.

Nul n’a le droit de vivre chez soi sans se faire dépouiller. (1)

Plusieurs nations heureuses et tranquilles ont été saccagées.

     Agresseurs et vils brigands ont été à leurs tours détruits.

De grandes civilisations jadis peuplées sont en ruine.

Intervenant puissamment contre les forces du désespoir,

Le bien-Aimé Fils de Dieu est venu faire triompher l’espoir. (2)

Il porta les fardeaux qui menacent la vie, parfois dès l’embryon ;

Entrant dans les entrailles de la mort, il institua la résurrection. (3)

Vivant avec des incurables, il en fit des saints honorables.

Face à l’avidité collective, il choisit d’être charitable.

Avec Christ seront honorés ceux qui renient la vanité. (4)

L’autre vie sera pour celui qui obéit aux lois de l’éternité.

Oeuvrer d’après la justice, c’est la clef de l’intégrité

Pratiquer l’aumône, c’est choisir le succès par l’équité

Donner à ceux qui ont faim, c’est vaincre par libéralité

Le Dieu qui relève les morts ne guérit pas la cupidité (5)

Faire de nous des irrépréhensibles, tel est l’objectif du Christ

Nous rendre purs comme des perles, couronnera l’œuvre du Fils.

Mon âme fatiguée désire être malléable comme l’argile

Le potier céleste fera de moi un vase pur et utile. (6)

Nous les humains, derniers tisons de la fournaise de Mammon,

Christ nous modèlera par la puissance de la rédemption.

Comme les nuages chassés par le vent, laissent paraître le ciel bleu,

L’égoïsme déplorable fera place à un caractère radieux ;

A l’ intelligence bienfaisante qui désire pour l’autre le bonheur ;

Qui ne rêve pas de profit, mais choisit d’être bienfaiteur.

Comme une roche boueuse, taillée par un sculpteur professionnel,

Notre nature avilie et avare sera sculptée par l’Eternel.

Perfectionnés par le Roi de l’univers, nous quitterons cette terre,

Car le Fils de Dieu désire nous conduire sur la mer de verre.

Des impuretés du monde, sortiront les élus du Sauveur ; (7)

Des catacombes et des prisons,  germeront des vainqueurs.

Oh ! Quel jour incomparable!  Quelle gloire!  Quel grand honneur !

     D’être enlevés de la terre embrasée, comme élus du Sauveur !  (8)

« Celui qui a commencé cette oeuvre en vous, la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.(9)

Celui qui vaincra,je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus.

J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu , et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem

Qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom Nouveau ».(10)

 

(1) Es. 42. 21-25   ;   (2) Ap. 1. 17-18   ;   (3) Jn 5. 25-29   ;   (4) Ps. 49   ;   (5) 2 Th. 2. 10-12   ;   (6) 2 Tm. 2. 20-21   ;   (7) Ap. 7. 13-17 ; (8) 1 Th. 4. 13-18   ;   (9) Ph. 1. 6   ;   (10) Ap. 3. 12

Voir les commentaires

Publié le
Publié dans : #Préface

                                                                                                                                                      

Dans l’une de ses paraboles, Jésus disait : Un semeur sortit pour semer… Je comprends ainsi :
Dans le domaine spirituel ou moral, toute pensée exprimée peut être comparable à une semence qui donne naissance à une plante. Cette dernière, suivant son espèce, portera du fruit pour le bien ou pour le mal.  

Pour certaines plantes, telle que la vigne, l’émondage est nécessaire après chaque récolte.
De même, pour la vie spirituelle, ce processus désagréable est utile au développement du caractère
des croyants. Il y a quelque chose à dire sur ce qui peut être amélioré dans les coutumes religieuses
et traditionnelles. Mon objectif reste, l’espérance de voir une amélioration dans la gestion subtile
du christianisme. Je pense que le plan de Dieu est de nous rendre irrépréhensibles
pour le jour où la vie nous quittera.

 

Après plusieurs décennies d’activités missionnaires dans une des religions du Christianisme,
je formule quelques observations et quelques vœux, qui resteront peut-être pour les générations à venir, comme un souvenir de ce qu’un chrétien a osé exprimer sur des sujets sensibles.
Plusieurs sujets développés peuvent être comparés à des voyants lumineux du tableau de bord
d’un véhicule. Sans cette signalisation indispensable, le moteur risque de subir de graves détériorations.

 

Ce n’est pas une oeuvre littéraire, ni un recueil de poèmes, mais le développement de plusieurs thèmes importants, parfois métaphoriques. Je fais usage, bien sûr avec simplicité, d’une liberté d’expression par laquelle je dévoile les soupirs de mon âme et des découvertes spirituelles désintéressées.
Ce qui n’est pas mis par écrit ne subsistera pas.

 

Je vous demande, chers lecteurs, un esprit de tolérance face aux expressions ou idées qui risquent de vous  choquer. Mon plus cher désir est que Dieu honore ses assemblées, ses pasteurs et ses enfants
de toutes confessions religieuses, afin qu’elles parviennent à une réelle fraternité, pour le relèvement des misérables et la pureté spirituelle des économes.
Ceci, afin que s’élèvent vers le ciel des actions de grâce au lieu de soupirs et de gémissements.

 

Du temps où le peuple d’Israël violait la Sainte Alliance et exerçait  l’oppression, Dieu donna cette vision
à son prophète :

Il dit : Je regardai, et voici, une main était tendue vers moi, elle tenait un livre en rouleau. Il le déploya devant moi, et il était écrit en dedans et en dehors ; des lamentations, des plaintes et des gémissements y étaient écrits. Ezéchiel 2. 9-10

 

Cette vision nous permet de comprendre que Dieu est sensible à nos douleurs, et qu’il ordonne de transcrire dans un livre, ou (pour employer un langage moderne : d’enregistrer sur un DVD) les angoisses, les larmes et les gémissements de ses enfants dépouillés, opprimés et assujettis.

 

Je crois, après lecture du chapitre 20 de l’Apocalypse, qu’il y aura deux résurrections :
une pour les justes, à la fin du monde, et mille ans plus tard, celle des injustes.
  Je suppose qu’à la deuxième, certains diront : « Si, pendant ma vie terrestre, quelqu’un m’avait dit toute la vérité, je ne serais pas éternellement perdu ! Si quelqu’un m’avait réveillé du sommeil hypnotique que procure l’acquisition financière, je n’aurais pas à comparaître pour des futilités ! Si quelqu’un m’avait fait savoir que ma vie secrète était filmée par Dieu, je serais le meilleur des chrétiens de l’univers...
Si quelqu’un… Si quelqu’un… »
 

C’est maintenant que nous devons tout dire… Tout examiner… Le temps de notre pèlerinage
est notre unique opportunité.

Celui qui aspire à comprendre partiellement la justice sur terre devrait se libérer de deux lois pernicieuses :
 
            1°) Qu’est-ce que cela me rapportera ? Ainsi fonctionnait l’intelligence théologique de Judas. 

                2°) Quelles sont mes capacités financières face à la loi de Dieu, moi le pauvre acculé et endetté ?
  La veuve de Sarepta a cru aux paroles d’Elie. C’est en obéissant que le miracle fut rendu possible en sa faveur.
  
                                                                      (1 R 17. 8-16)

                                                                       

Ma prière : « Seigneur ! Dieu terrible et saint, déchire le voile qui nous prive de la vision de ta Gloire et délivre-nous des influences envoûtantes du capitalisme sauvage ! »

 

                                                                                              Bonne lecture !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5

Lire mon livre gratuit

Hébergé par Overblog