Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réforme ??? Réflexions d'un religieux

Réforme ??? Réflexions d'un religieux

Réforme ??? 143 réflexions d'un religieux de Martinique

Publié le

Vivre un jour au paradis ou souffrir éternellement en enfer (Ap 20 : 7-15)

 

Réflexion développée après la lecture du « livre d’Enoch », sur Google

 

Par l’audio visuel, aujourd’hui, on pénètre facilement près des volcans en irruption ;

Du cratère sortent des  jets de matières en combustion produisant une nuée ardente ;

La larve incandescente coule comme une effrayante rivière boueuse, enflammée.

Notre imagination ne nous fait pas supposer qu’on y sera jeté pour être châtié, ( Ap 14 :9-11)

Pour avoir adoré la Bête : Soleil, Lune, Mars Mercure, Jupiter, Vénus ou Saturne.

Ceci est une représentation miniaturisée de l’atome en combustion sur le soleil ;

Du feu terrifiant, impressionnant, atomique… Heureux celui qui voit cela à la télé,

Ou sur un écran, sachant que ce reportage se déroule dans un pays très éloigné.

Et pourtant, un enfer semblable est le lieu de supplice choisi par le Très Haut,

La vallée des enfers où les gerbes de feu s’élèvent comme des flammes solaires ; (Ap 20 :7-10)

Où les atomes en fusion manifestent une colère éternelle contre le mal et ses agents,

Contre les anges qui se sont transformés en démons et contre quiconque fait le mal.

Dieu a créé cette fournaise terrifiante, aussi vaste que la planète terre en combustion,

Là, il y aura beaucoup de souffrance indescriptible, de torture et des cris de douleur,

Mais jamais de mort pour les pécheurs en rébellion ; Pas de fin de vie, pas de soulagement ;

L’immortalité sera donnée à plusieurs qui y seront précipités après le jugement dernier.

Les anges qui ont quitté le ciel avec le démon pour venir sur terre pratiquer le mal,

Ne savaient pas, avant Enoch, qu’ils auraient pour châtiment, un tourment éternel en enfer ;

Pourquoi ? Manifestant leur révolte contre Dieu, ils se sont engagés à corrompre notre race ;

A faire et enseigner un maximum de mal, afin de se venger en peinant Dieu et les siens.

Selon Enoch, ils se sont rendus capables de se transformer en homme ou femme séduisante,

Afin d’avoir des relations sexuelles impures, pornographiques, avec des conjoints consentants.

Les écrits nous apprennent qu’ils ont enfanté des géants d’une taille d’environ 15 mètres ;

Des monstres, mi-homme et mi-diable qui ont corrompu la création, dévorant tout,

Y compris les humains qui se mangeaient comme un chat dévore une souris ; (Gen 6 :1-7)

De plus, ils ont révélé aux hommes comment se changer en animal, en chauve souris,

En loup garou, en vampire invisible, afin de faire un maximum de perversion dans le mal.

Ils ont enseigné comment s’entretuer, faire la guerre, se corrompre dans la débauche,

Pratiquer des vices contre nature, voler et piller toute valeur et tout ce qui est visible ;

D’eux vient le savoir pour fabriquer des armes, pratiquer la sorcellerie, et le pillage …

A ce spectacle d’horreur, Dieu est intervenu en  emprisonnant les princes du mal sous la terre,

Puis, malfaiteurs et géants ont été noyés, exterminés dans les eaux d’un déluge planétaire.

Dieu, ayant choisi Noé et sa famille, les seuls fidèles, intègres, justes et droits sur terre, (Gen 6 : 8)

Son plan divin était que cette sainte famille couvre la terre à nouveau d’êtres justes et parfaits ;

Mais, hélas ! Très tôt, les enfants de Noé choisirent les démons pour conquérir le monde.

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde beaucoup plus avancé dans l’art de détruire ;

Avec toute la littérature et le cinéma consacré aux évènements et jugements du passé,

Nous tous, enfants de ce saint homme Noé, semblons être pervertis, sourds et aveugles. (Rom 3 :10)

Nous apprenons dans la littérature que certains individus épousent des esprits séduisants,

Cohabitent avec des démons, et la terre est devenue un vaste Sodome et Gomorrhe. (Luc 17 : 26)

Le Christ est venu sauver ceux qui aspirent à la justice, la droiture, l’intégrité, comme Noé ;

Mais, ce Jésus béni éternellement est commercialisé par des religieux sans scrupule ; (2 Pier 2)

Son Saint Nom, sa Parole, son Patrimoine, servent d’instrument de pillage des nations ; (Nah 3)

Plusieurs écrits sont confisqués et déclarés « douteux apocryphes » par des blasphémateurs ;

Des religieux colonialistes par leurs doctrines réalisent un chiffre d’affaire gigantesque ; (2 Tim 3)

De la sébile à l’avion porteur d’iniquité, il y a des cupides qui pervertissent les lois sociales.

Le capitalisme religieux est comme un linceul noir, puant la corruption, placé sur l’image de Dieu.

La fête solennelle de la nouvelle lune et les quatre Sabbat lunaires sont reniés et foulés au pied ;

Dénoncés publiquement par d’arrogants prédicateurs, tous intégrés dans l’armée des cieux. (Jér 8)

Vénus reçoit hommage le vendredi au coucher du soleil et Saturne le Moloch  reçoit le samedi.

Le Soleil dans l’ostensoir en forme d’Ostie reçoit l’adoration et la dévotion du dimanche.

L’ordonnance des prémices à partager pour nourrir le peuple est en séquestration mondiale ;

Si la justice donnait droit au Créateur pour la répartition des prémices, cette droiture est défiée.

Chaque pièce d’argent déposée est comme des clous attirés par un gros aimant inique. (1 Tim 6 : 9)

La Sainte droiture prescrivant une dîme sociale en faveur des affamés est reniée. (Esa 59)

Toute générosité religieuse est semblable à une rivière qui se jette dans une grotte sans fond.

 

Pourtant, la vallée de feu, animée comme un soleil projetant ses flammes dans les hauteurs,

Le soufre irrespirable, les vers de la corruption, les asticots voraces, les tourments inaccessibles à notre imagination de terriens ...  La vallée du châtiment, de la justice et des tourments attend :

Le jugement dernier et l’arrivée des esprits mauvais, pillards, tueurs, trompeurs, pour les tourmenter ;

Elle attend tous les coupables qui ont rendu nul le sacrifice de Jésus par endurcissement du cœur ;

Elle attend tous les méchants injustes qui ont exploité, souillé et dépouillé leurs prochains ;

Elle attend la cohorte de Judas qui a vendu Dieu et son Fils pour des finances, sang des pauvres ;

Elle attend le bilan des religieux capitalistes qui ont épargné les dîmes et ressources du peuple ;

Elle attend les prostitués des deux sexes qui commercialisent leur corps pour gagner de l’argent sale ;

Elle attend les gestionnaires  et bergers qui ont fait travailler les esclaves laïcs, bénévoles, sans salaire ;

Elle attend les radiateurs qui ont dépouillé les adeptes faillibles, ne restituant rien de leurs rapines ;

Elle attend les religieux fiers qui ont renoncé à toute réforme financière que nécessite la sanctification ;

Elle attend les habitants de la terre qui ont foulé au pied la nouvelle lune et les 4 Sabbats  lunaires ;

Elle attend les séducteurs qui ont neutralisé la loi de justice en proclamant une grâce de « père Noël » ;

Elle attend les humains qui vendent leur âme au diable pour réussir ou gagner une élection ;

Elle attend tous ceux qui ont déclaré pouvoir vivre,  réussir, se corrompre sans obéissance à Dieu ;

Elle attend tous les rois et gouverneurs qui n’ont pas eu l’humilité pour se soumettre à Jésus-Christ ;

Elle attend ceux qui ont souillé leurs enfants par l’inceste, sans jamais regretter ce crime crapuleux ;

Elle attend ceux qui ont choisi la drogue au lieu de la Loi : Tu travailleras 6 jours par semaine ; (Ex 20)

Elle attend les enfants rebelles qui se sont souillés, ont insulté, injurié,  déshonoré leurs parents…

Elle attend les parents cruels, insensibles, qui on livré leurs enfants à la prostitution commerciale ;

Egalement tous les coupables qui ont refusé la grâce, le pardon et la rédemption venant du Christ ;

Et ce châtiment, pour plusieurs, n’aura point de fin pendant l’éternité. (Esa 66 : 22-24 ; Ap 20 : 10)

La justice du Créateur se vengera par le feu de toute acquisition illégale, jugées par la Loi ; (Jude)

 

Le Juge Suprême : Jésus-Christ qui a vécu sur terre, après quoi il s’est livré entre les mains des pasteurs d’Israël, a souffert sous Ponce Pilate et Hérode, flagellé par les romains, a reçu le crachat et les mépris des pécheurs, fut crucifié entre deux brigands, ressuscité le 3e jour au lendemain du Sabbat de Pâques, monté au ciel 40 jours après sa mort… Ce Jésus est le Grand Juge Suprême des anges et des hommes, de toute créature qui a reçu l’existence sur terre et dans le ciel. Le Christ jugera chacun selon ses œuvres, de la part du Dieu Créateur.

 

La nature du méchant : Par ces évènements, Jésus nous a démontré le caractère cruel et criminel des anges du démon qui se sont coalisés pour le faire souffrir, le torturer et le faire mourir. Il nous a démontré ce dont l’homme est capable quand il devient orgueilleux, un salarié qui exécute des ordres ; Un militant qui croit que la violence et la cupidité seront toujours vainqueurs. Les esprits mauvais inspirent le mal, l’oppression, l’esclavage, la guerre, l’adultère, la fornication, le mensonge, le divorce, le pillage, le meurtre, l’assassinat des êtres sans défense, la torture et l’exclusion. (Jean 8 :44)

 

L’objectif divin : Cette réflexion ne devrait pas être perçue comme une nécessité urgente de s’orienter vers une religion quelconque. La lecture du livre d’Enoch, (Sur Google) devrait nous sensibiliser sur la nécessité de poursuivre un objectif que propose le Sauveur : Dieu dit :

Je serai ton fiancé pour toujours ; Je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde ; Je serai ton fiancé par la fidélité et tu reconnaîtras l’Eternel. Osée 2 : 21-23

 

L’adoration à l’église triomphante : Un grand signe parut dans le ciel : Une femme (une église) enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds (calendrier luni-solaire) et une couronne de douze étoiles sur sa tête. (Les douze apôtres, saints, justes et droits, les leaders de l’abnégation) Ap 12 : 1

 

A chaque nouvelle lune et chaque Sabbat, toute chair se prosternera devant moi dit l’Eternel ; Et quand on sortira, on verra les cadavres des hommes qui se sont rebellés contre moi ; Car leur ver ne mourra point et leur feu ne s’éteindra point ; Et ils seront pour toute chair un objet d’horreur. Esaïe 66 : 22-24

 

Avertissement : L’enfer ouvrira bientôt ses portes enflammées pour recevoir quiconque méprise les lois du temps et celles de la justice. Un arbre ou un million d’arbres, coupés sous une mauvaise lune, deviennent vermoulus, produisent des mites et se détériorent sans le secours d’aucune main. L’adoration dans l’armée des cieux, hors du cycle lunaire, sous l’autorité d’une des 7 têtes de la Bête : Soleil, lune, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus et Saturne le Moloch, est une rébellion suffisante pour être classé parmi ceux qui passeront l’éternité en enfer. (Ap 14 : 6 -12)

La réponse positive à l’invitation mondiale d’Apocalypse 14, permet d’éviter une éternité de tourments.

Voir les commentaires

Publié le

Seigneur ! A ma naissance, mes parents m’ont légué une nature égoïste.

Victime de la dégénérescence, j’ai subi l’influence des religieux formalistes.

Pardonnes-moi, l’avidité par laquelle j’ai fait des acquisitions frauduleuses.

Guéris mon cœur, afin que je restitue le produit de mon éloquence trompeuse.

Hérode, en parlant comme un dieu fut frappé à mort, sitôt couvert de vermines.

La restitution n’a pas épargné Judas des fruits de la convoitise qui extermine.

Avec l’éducation ainsi que l’influence des colons prédateurs et barbares,

J’ai développé des traits de caractère subtils et je suis devenu un chrétien avare.

Seigneur, pardonne-moi mon avarice qui m’oppose au sacrifice des prémices.

Il est écrit : Sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon, mais je redoute le sacrifice.

Je ne peux accepter que le dixième de mes biens soit consacré « prémices du Seigneur ».

O Dieu ! Guéris-moi afin que je restitue le butin qui prouve que je suis un trompeur.

Seigneur… Les anges qui contrôlent ma gestion proclament que je suis cupide,

Ami de l’argent, obsédé par l’appât du gain, que j’en tire une jouissance morbide.

Oui Seigneur ! Je le reconnais, mais quand je reçois de l’argent, je perds la tête…

J’ignore volontairement l’aumône légale et garde tout comme un faux prophète.

Seigneur, pardonnes-moi. Quand tu dis obéissance, j’entends « obé- finances ».

Je ne peux pas partager avec mes frères pauvres qui meurent faute de pitance.

Je reconnais que je suis tombé au pouvoir du capitalisme, fruit de la corruption.

En voulant sortir du camp des démons, j’ai été séduit par le charmant Mammon.

Il a mélangé mes acquisitions financières à l’argent sale des grands malfaiteurs,

De tous ceux qui égorgent les salariés et plongent les pauvres dans le malheur.

J’ai prêché tes promesses comme les meilleurs produits du marché mondial ;

Mais aujourd’hui, je désire descendre de Latécoère avant son plongeon fatal.

Seigneur, pardon ! J’ai écrasé ton peuple en emportant leurs ressources. (1)

J’ai opprimé ton héritage en croyant aux règlements qui ont gonflé ma bourse.

J’ai égorgé la veuve, l’étranger, l’orphelin en supprimant leur juste droit social ; (2)

J’ai tout déposé à la caverne d’Ali Baba, où les esprits comptables travaillent,

Forment des capitaux, moteurs des tourments qui affectent les pauvres des nations.

Les gains de mon épargne troublent ma conscience par le devoir de restitution. (3)

J’ai porté au canoë de la Madone, des trésors qui étaient pour l’avion, trop lourds ;

J’en ai chargé d’autres du sang des pauvres et ils se sont encastrés dans les tours.

Seigneur, pardon ! J’ai cru aux dieux commercialisés par de distingués colons.

Ils ouvrent toutes les portes du paradis aux pécheurs assoiffés de rédemption,

Mais font pire que ceux qui plaçaient en pyramides les richesses des tribus,

Afin de festoyer dans l’au-delà en compagnie de leurs sirènes corrompues.

Si c’est par cupidité que les mauvais anges ont désiré devenir des propriétaires,

Aide moi à renoncer aux séductions des richesses et libéralités de cette terre.

J’ai utilisé longtemps la fourche à trois dents : L’égoïsme, l’avarice et la cupidité

Afin d’extraire des régions les sous des mendiants qui meurent dans la pauvreté.

Si la porte de la vie éternelle est symbolisée par la croix que l’on franchit sans valise,

Aide-moi à partager l’aumône afin d’éviter la future puce et sa tumeur maligne. (4)

O Dieu ! Guéris mon âme avant que les sept fléaux ne viennent sur les capitalistes. (5)

Sans ton intervention miraculeuse, je ne retrouverai pas l’image du vrai Christ.

Dieu Sauveur ! Je te confie mon égoïsme, mon avarice et ma secrète cupidité.

J’espère en toi comme Jonas qui descendait en apnée, englouti par la marée.

Sauve-moi Seigneur de mon avidité ! Redonne-moi un cœur épuré, blanchi et purifié,

Un cœur capable de renoncement pour participer à la victoire du Christ glorifié. (6)

 

(1) Ez 22 : 29-30;  (2) Ps 94 ;  (3)  Nombre 5 : 5-10 ;   (4) Ap 16 : 1-2 ;   (5) Jac 5 : 1-6 ;   (6) Ap 17 : 14

Voir les commentaires

Publié le

Les sciences de salut proposées aux peuples colonisés des ex-empires

Ont favorisé le triomphe du puissant Mammon, subtil et rusé vampire,

Qui a produit chez les misérables du monde, gémissements et soupirs,

Car les bergers avaient opté pour ce qui assurait un terrestre avenir.

Si certains avaient fait une restitution, ils n’auraient pas à rougir,

Car le sceau a été refusé aux orateurs qui prétendaient convertir,

Commercialisant Paroles et éloquence dans le but de s’enrichir.

Pas de conversion  sans restitution ! C’est l’opposé du repentir.

Au scellement, le butin ramassé a attesté qu’ils préféraient mentir,

Afin de garder la jouissance des biens qui ne peuvent qu’avilir.

Les livres célestes totalisent des chiffres qu’on ne peut démentir ;

Car c’est en dépouillant les pauvres qu’ils ont perdu le monde à venir.

Portant le bilan comme une plaie, les orateurs perdus ne savent que dire,

Semblables à l’équipage d’un navire de drogue que la douane vient de saisir.

La cupidité est la science pour laquelle les démons peuvent se réjouir,

De ne pas être les seuls accapareurs que la justice devra détruire.

Les pièces attachées à la ceinture des nageurs les aide à s’engloutir

Dans les flots de la divine justice où le rôle du jugement sera de punir,

Les cruelles injustices et abus dont les victimes ont eu à souffrir.

A la barre, le capitalisme pestilentiel sera la malédiction à découvrir,

Car tout ce qui est resté caché dans des coffres forts faisait mourir,

Des indigents, des familles, victimes qui n’avaient rien pour se nourrir.

A la publication universelle des profits, les valeurs seront à redéfinir,

Car, avec le pactole, la porte de la citée ne s’est pas laissée franchir.

Dans le camp des perdus angoissés, c’est trop tard, trop tard pour gémir !

Mammon a leurré croyants et incroyants par son pouvoir de séduire.

Hommes et démons devront répondre pour ce que l’avidité a pu obtenir.

     Aujourd’hui, mille ans avant le réveil de Gog et de Magog, il faut réfléchir :

Aujourd’hui, si vous entendez la trompette, cessez de vous endurcir,

Car l’image de Dieu est souillée par des croyants injustes qui vont périr.

Quand le nom de Jésus est l’appât, les sébiles ne cessent de se remplir, (1)

Avant d’être emportées, avec  le sang des pauvres qui n’ont que des pites à offrir ;

La collectivité misérable, généreuse donatrice, ne fait que s’appauvrir. (2)

Il est écrit dans les apocryphes que les séducteurs se plaisent à interdire:

« Offrir en sacrifice, le produit de l’injustice, c’est une offrande défectueuse,

Et les dons de ceux qui violent la loi ne sauraient être agréés.

Le Très Haut ne prend pas plaisir aux offrandes des impies.

C’est immoler un fils en présence de son père, qu’offrir un sacrifice

Prélevé sur les biens des pauvres. Le pain des indigents, c’est la vie des pauvres,

Celui qui les en prive est un meurtrier. C’est tuer son prochain que lui ôter ses moyens

De vivre, et c’est verser le sang que de priver le salarier de son salaire ». (3)

     De nos jours, comment aimer Dieu et son prochain en tant que gestionnaire ?

Que demandent les lois de l’Alliance à ceux qui seront un jour, des vainqueurs ?

« Avec générosité, glorifie le Seigneur, en offrant les prémices de ton labeur.

A chacune de tes offrandes, montre un visage joyeux, et avec joie,

Consacre la dîme comme aumône aux indigents qui sont mes disciples ;

Car le Seigneur paie de retour et il te le rendra au septuple. (4)

A toute aumône Dieu fera une place. L’aumône d’un homme est comme un sceau,

A la fin, Dieu se lèvera et les rétribuera, Il placera sur leur tête leur rétribution (5)

Tous ceux qui pratiquent la justice, fais leur l’aumône sur tes biens.

L’aumône est un beau trésor que tu te constitues pour les jours de détresse.

Parce que l’aumône délivre de la mort ; Cette offrande demeure à jamais ». (6)

 

(1) Jac 5 ;  (2) Es 42 :21-25 ;  (3) Siracide 34 : 21-27 ;  (4) Sir 35 : 10-13 ;
  (5) Sir 17 : 22-24 ;  (6) Tobit 4 : 5-11 ; Sir 40 :17

Voir les commentaires

Publié le

Quand Israël unifié, sous le contrôle du Roi David, prospérait

Une paix céleste existait dans ce peuple sur lequel Dieu régnait.

Cette seule nation où le mal fut tenu en échec par l’obéissance,

Honorait Dieu, tant que chaque être humain restait fidèle à l’Alliance.

Le roi David favorisé du ciel triomphait, colonisait nations et tribus.

L’or et l’argent étaient si abondants qu’on en trouvait dans les rues.

Les vierges d’Israël faisaient éclater leur joie par des fêtes nuptiales,

Les sabbats et les fêtes renouvelaient les réjouissances nationales.

Quand le roi Salomon, placé sur ce trône, défiant l’autorité de la loi,

Osa faire une alliance sociale interdite, il perdit la maîtrise de soi ;

Emporté par les sortilèges dont faisaient usage ses femmes païennes,

Il tomba dans une obsession charnelle, avilissant sa sensibilité humaine.

Privant les pauvres de ce qu’aime l’Eternel, la dîme consacrée, (1)

Il l’a profanée en usant pour ses milliers de femmes distinguées.

Ses idoles et sa luxure se répandirent parmi le peuple, jadis saint.

Du ciel, Dieu observait la dégradation morale activée par le malin.

Plusieurs rois suivirent ses rébellions, malgré les sentences des prophètes.

Par l’influence de ces rebelles, le malin prit le contrôle de toute la planète.

Quand Babylone attaqua, les villes d’Israël furent livrées au carnage,

Les colonies récupérées et plusieurs peuples conduits en esclavage.

Jérusalem, la citée résistante, assiégée, entra dans une grande détresse.

Des pères égorgeaient leurs enfants, les faisaient cuire dans des chaudières. (2)

Tout être affaibli devenait une proie pour ces affamés devenus cannibales.

L’armée fut finalement massacrée avant le pillage des richesses nationales.

La puanteur se mêlait à l’odeur des corps calcinés dans l’incendie des maisons ;

Le feu embrasait palais et temples ; les cadavres entraient en corruption.

Parmi les prisonniers, quatre jeunes princes enchaînés firent un serment.

Si la désobéissance produit toutes les malédictions du Deutéronome, (3)

Nous, prisonniers, jurons fidélité aux préceptes reniés par nos hommes.

Nous mourrons, mais refusons la souillure fatale de la désobéissance.

Nous tiendrons pour l’Eternel et veillerons sur le respect de son Alliance.

Ils se remémoraient chaque jour les avertissements et sentences de la loi.

Jérémie avait annoncé ce feu qui résulterait de la profanation du Sabbat ; (4)

Et nous avaient mis en garde contre la possession des idoles corruptrices.

Ezéchiel nous  rappelait que la vie dépend de la droiture sociale et la justice. (5)

Esaïe nous avertissait des conséquences du rejet collectif du droit social. (6)

Amos nous reprochait l’avidité financière des prêcheurs de tabernacle. (7)

Zacharie dénonçait la stratégie par laquelle le sacrificateur modifie la loi. (8)

Habacuc : Malheur à celui qui bâtit avec l’aumône qui est le sang des pauvres. (9)

Michée s’était dressé contre l’exploitation des pauvres privés de salaires. (10)

Sophonie disait que ceux qui font du profit dans le temple seraient détruits ;

Que tous les hommes chargés d’argent seraient exterminés avec leur butin. (11)

Par ses prophètes, Dieu reprochait aux bergers, ce qu’ils retranchaient de sa Parole.

Ainsi, revoyant les messages des prophètes qui ont pour Dieu joué un rôle,

Pendant le long voyage de la captivité, les quatre jeunes se fortifiaient,

Seuls parmi les captifs effarés à accepter ce drame qui est un légal salaire, (12)

Ils s’humiliaient chaque jour par des prières et confessions ferventes,

Se préparaient à affronter la mort plutôt que la désobéissance consciente.

Sur plusieurs millions, Dieu fut honoré par ces quatre jeunes intelligents.

Condamnés, jetés dans une fournaise ardente ou dans une fosse aux lions,

Ils sortaient honorés par celui qui a dit : J’honorerai celui qui m’honore.

     Bientôt s’allumera la fournaise apocalyptique d’Harmaguédon,

Après la peste et les missiles, le feu du Christ purifiera la création.

Placés hors de l’Alliance perpétuelle par avidité et mensonges dogmatiques,

Plusieurs riches se verront perdus, sans droiture sociale ni justice protectrice. (13)


(1) Mal 2 : 10-11 ;  (2) Lam 2 ;  (3) Deut 28 ;  (4) Jér 17 : 19-27 ;  (5) Ez 18 ;

 (6) Esa 58 ; 59 ;  (7) Am 5 ;  (8) Zac 13 ;  (9) Hab 2 : 9-14 ;  (10) Mic 3 ;

  (11) Sop 1. 11 ;  (12) Deut 28 : 15-68 ;  (13) Ez 14 :12-20 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le

Pendant la période où deux grandes nations se préparaient à la guerre,

Les écoles supérieures travaillaient prioritairement sur le nucléaire.

Des jeunes étudiants surdoués se spécialisaient dans les sciences.

Les avancés dans la conquête de l’espace stimulaient la concurrence.

De chaque coté, les progrès scientifiques inquiétaient l’autre camp.

Des missiles, les plus destructeurs se dressaient comme avertissements.

Le Ministre d’un camp, chargé de la pénétration secrète des espions,

Acheta un des directeurs de l’autre camp, doyen d’une école de savants.

En échange d’une forte somme ; il devait ralentir les surdoués.

Dans une de ses conférences sur l’activité des étudiants recrutés,

Il disait : Vous n’avez rien à craindre, notre FAC est la meilleure.

Vous sortirez tous avec une mention « très bien » pour vos labeurs.

Ainsi, avec subtilité, il conduisit les étudiants à un échec amer.

Les épreuves avaient un niveau supérieur aux sciences qu’ils étudièrent.

Cette nation, la plus avancée dans la recherche fit un pas en arrière,

Par rapport à l’autre puissance, mais le pot de vin fut découvert.

La banque avait fait de ce directeur, un super riche sans justification.

L’échec scolaire réveilla les soupçons et sa richesse révéla l’intrusion.

Quelle terrible éventualité ! Vendre sa patrie et sa terrestre destinée,

Pour des biens qui ternissent la citoyenneté et concrétisent la lâcheté.

Depuis l’entrée du péché dans le monde, le Créateur mise sur l’homme ;

Mais la monnaie séduit certains orateurs, défenseurs du royaume.

Ainsi, le canal humain est parfois une conduite toxique pour l’eau vive ;

Et sa toxicité se dévoilera surtout par les acquisitions dont il en est ivre.

Si Jérusalem est tant convoitée c’est par le commerce lucratif des souvenirs,

Mais non par honneur pour le Messie qui propose un céleste avenir.

Quand l’ange viendra éclairer la terre de la gloire du Dieu de vérité,

Ce sont les deux commandements reniés qui redéfiniront sa bonté. (1)

Alors, les deux autorités s’affronteront, l’Avidité contre la Vérité.

Cette guerre qui est sortie du ciel se perpétue contre la patrie éternelle.

Puisque les bilans seront en rapport avec la gestion individuelle,

Il importe que le Saint Esprit nous dévoile toute subtilité profane.

La loi dit : « Tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme,

De toute ta force et de toute ta pensée ». Justice confirmée par les prémices.

L’épreuve finale reconnaîtra pour Dieu et l’Agneau 144000 Prémices. (2)

Le riche directeur déploie son éloquence, mais passe cette loi sous silence.

Quand les peuples seront pesés, il sait que la loi violée réclamera vengeance.

Jésus, Prémices du Père, couronnera les vainqueurs, prémices irrépréhensibles.

Alors ressusciteront les élus qui de leur vie, firent Alliance par le sacrifice. (3)

La loi dit : « Celui qui sait faire l’aumône et ne le fait pas commet un péché. (4)

Apprenez à faire l’aumône, recherchez la justice, défendez la cause de l’opprimé…

Maudit soit quiconque porte atteinte au droit de l’étranger, de l’orphelin et de la veuve » ;

Le directeur ? « Vous êtes sauvés, « agapè » ne figurera pas dans la dernière épreuve…

Les saints pratiquaient la justice et l’aumône, mais non les leurrés de la chrétienté.

Croyez seulement et les loups auront le vêtement : « Justice de Christ » sans équité. 

La loi dit : « Reconnais que celui qui pratique la justice est juste. Il est né de Dieu » !

Le directeur ?  « Celui qui croit à la justice écartera le verbe « pratiquer » de ses yeux ».

La loi dit : « Malheur à celui qui fait travailler son prochain sans lui donner un salaire ».

Le directeur riposte : « Un laïc n’a pas droit à un verre d’eau, il est un débonnaire.

Si nous exploitons quelques naïfs, l’évolution de nos comptes durera toujours ».

Dieu dit : « souviens toi du Sabbat ». Le directeur ? « Nous adorons le premier jour ! »

Exposées à la lumière de la gloire de Dieu, l’écriture définit les injustes acquisitions 

Comme une monnaie, semblable à des asticots sur un cadavre en décomposition.

Il est écrit : « Sous toi est une couche de vers, et les vers sont ta couverture ». (5)

Par ta sagesse et ton intelligence, tu t’es acquis des richesses de la servitude.

Quand le cri de minuit brillera derrière le peuple sur le sentier qui monte,

Les croyants qui l’ont repoussé tomberont, endurcis dans les ténèbres du monde.

Vidés de l’Esprit d’en haut, ils seront vaincus par les dieux du capitalisme sauvage.

(1) Ap 18 ;  (2) Ap 14 : 1-5 ;  (3) Ps 50 ;  (4) Jac 4 : 17;  (5) Esaïe 14 : 11

Voir les commentaires

Publié le

Sur une des collines où vit une tribu pauvre d’Afrique,

Est arrivé un charmant missionnaire envoyé d’Amérique.

Semblable à un fils des dieux blancs parmi la collectivité noire,

Il fit un programme de visites des foyers, du matin au soir.

Dans cette contrée éloignée où l’argent se fait rare,

La banque était en faillite car son gérant se montrait avare.

Après une réunion, la secrétaire de la banque dit à son patron :

« Toutes les familles répondent à l’hebdomadaire convocation ;

Avec son Jésus, son autorité et sa Bible, il a chassé nos dieux,

Tout le monde est bien vêtu, notre peuple est propre et radieux ;

La vie est revenue et la joie rayonne sur tous les visages,

Nos vêtements multicolores sont comme les fleurs du paysage.

J’ai remarqué qu’ils ramassent une bonne collecte après le sermon ;

Seulement, ce prédicateur ne nous connaît pas suffisamment

Comment nous confierait-il son butin à garder ?

Je pense que tu devrais aller et rechercher son amitié ;

Cet homme est éloquent et courtois comme un dieu,

Par lui, tu pourrais reconquérir la faveur du peuple et des cieux ».

    Acquiesçant, le banquier se plaçait sur un des premiers sièges.

Après chaque parole ponctuée par l’orateur, il disait… Amen.

L’assemblée après lui reprenait en coeur : amen, amen !

Sa secrétaire, heureuse, le voyant réussir disait : amen ! Amen !

Souriant à tout le monde, il semblait vouloir se convertir,

Mais c’était afin de gagner l’orateur et la gestion collective.

Après une visite du prédicateur, invité chez lui à dîner,

Les deux devinrent soudés par une chaleureuse amitié.

La secrétaire ne tarda pas à recevoir les collectes,

Et enfin ils retrouvèrent tous deux leur raison d’être.

Seulement, périodiquement, un distingué envoyé se présentait,

Et le banquier, prenant des sacs préparés, les lui remettait

Son rôle était de transférer ces fonds à l’une des tours,

Où des ordinateurs et des comptables fonctionnent nuit et jour.

Après quelque temps, le prédicateur fut porté par une foule dense

Glorifié, honoré et applaudi pour la moisson des ses semences,

Manioc, patates douces, canne à sucre, choux et concombres,

Tout ce qui a transformé la vie de cette tribu jadis sombre.

Après cette journée inoubliable, les deux tours s’effondrèrent,

Son épargne et ses gardiens disparurent dans un nuage de poussière.

Plongé dans une profonde angoisse, il reçu un message audible,

Qui disait : Crains, car la comptabilité céleste est infaillible ;

Rien ne s’efface : Les acquisitions, les opérations, les recettes,

Les sacrifices, les épargnes, le profit tiré des Saintes promesses …

Le bien et le mal sont définis avec une redoutable précision ;

Toutes choses sont pesées par les lois de la sainte Alliance.

Maîtriser Mammon est aussi important que chasser les démons.

L’appât du gain fausse l’image du Créateur et pervertit la gestion.

L’Eternel a voulu pour le bonheur d’Israël, publier une loi grande et magnifique.

Et c’est un peuple pillé et dépouillé. On les a tous enchaînés dans des cavernes,

Plongés dans des cachots dogmatiques ; ils ont été mis au pillage,

Et personne qui les délivre ! Dépouillés, et personne qui dise : restitue !

     Qui parmi vous prêtera l’oreille à ces choses ?

Qui voudra se rendre attentif et écouter à l’avenir ? (1)

Telle voie paraît droite à l’homme, mais son issue c’est la voie de la mort ! (2)

Si Mammon est votre mobile secret, préparez-vous à subir un futur grand remord.

Ceux qui me disent Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le Royaume des cieux,

Mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. (3)

 

(1) Esa 42 : 21-23 ; (2) Prov 14 : 12 ; (3) Mat 7 : 21

 

 

 

 

Entendre et interpréter égoïstement

 

 

 

Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ce que l’Esprit dit aux églises. (Ap 2 : 11)

 

Jésus dit concernant sa Parole : Et les Marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d’elle (Le châtiment de Babylone), parce que personne n’achète plus leurs cargaison ; Cargaisons d’or, d’argent, de pierres précieuses… De corps et d’âmes d’hommes. Ap 18 :1 : hommes trompés, leurrés, vendus et dépouillés. (Esa 42)

 

Le marchand propose une marchandise. La discussion se déroule autour du prix. La marchandise est surévaluée par le marchand mais sous évaluée par l’acheteur. Le vendeur fait appel à toutes les lois de la psychologie pour influencer la décision de l’acheteur. Quand le patrimoine divin est réduit en marchandise, le déshonneur et la profanation des choses saintes jettent sur le Créateur une ombre d’idolâtrie.

 

 

 

Seigneur ! Suis-je un marchand ? Le patrimoine de Dieu, est-ce une marchandise ?

 

Prière : Pardon Seigneur !  Depuis l’entrée du péché dans nos neurones, par nos doctrines, nous avons du mal à discerner la bonne interprétation de ce que  nous lisons et entendons. (Mat 6 :22) Voici des Exemples ;

 

Seigneur, quand tu dis  dans ta Parole :

 

 

 

La vie dépend d’une obéissance inconditionnelle, (Deut 28) j’entends : «l’obé’finance » au conditionnel ;

 

L’Alliance par le sacrifice, (Ps 50)  j’entends : Saisir sa chance en s’emparant des dons et sacrifices ;

 

L’intégrité premier degré de la sainteté, (Ps 119),  j’entends : Prospérité premier degré de la sainteté ;

 

Craindre Dieu est le début de la sagesse, (Prov 1 :7),  j’entends : La sagesse divine conduit à la richesse ;

 

Les prémices sont à partager c’est la justice  (2 Chr 31)… J’entends, je reçois les prémices comme justice ;

 

Les prémices appartiennent à l’Eternel, (Prov 3 : 9), J’entends : Avec les prémices j’ai une épargne perpétuelle ;

 

Les vainqueurs sont des prémices, (Ap 14)  j’entends : Le trompeur avare n’a pas à pratiquer les prémices ;

 

Les prémices atteindront la perfection, (Héb 12 : 23)  j’entends : 10% me suffisent comme commission ;

 

Les prémices seront 144000 vainqueurs, (Ap 14),  j’entends : Un tien prémices vaut mieux que deux tu l’auras ;

 

La dîme prémices est pour le peuple, (2 Chr 30 :34)  j’entends : La dîme est la bénédiction que donne le peuple ;

 

Le droit de l’affamé est l’aumône, ( Deut 26 :12-19),  j’entends, Il faut dire à l’affamé : donne-moi ton aumône ;

 

La générosité est la bienveillance, (Prov 14 :9),  j’entends : avec leur générosité je reçois ta bienveillance ;

 

Un euro volé de la collecte fait perdre l’éternité, (2 pier 2)  j’entends : L’euro reçu provoque la prospérité ;

 

Une pièce détournée fond l’intégrité, (Eph 4 :28)  j’entends : Dans la foi religieuse le vol est « pré-pardonné » ;

 

La perfection est le fruit de l’abnégation, (2 Cor 8 et 9),  j’entends : l’abnégation d’autrui est ma rétribution ;

 

L’évangile est une manière de vivre, (Jean 13 : 17),  j’entends : L’évangile est une opportunité lucrative ;

 

L’épargne des dons est une vraie peste, (1 Tim 6 :9), j’entends : L’épargne des dons garantit  de la disette ;

 

30 pièces d’argents, et Judas s’est pendu, (Luc 22),  j’entends : Sans les pièces collectées nous sommes perdus ;

 

Le peuple périt faute de connaissance, (Osée 4 :6), j’entends ; heureusement pour les cupides qui périront ;

 

Jésus conduit à la perfection, (Ap 7 :14), j’entends : Jésus a déjà donné à tous nos adeptes la perfection ;

 

Les prémices irrépréhensibles seront sauvées, (Ap 14),  j’entends : A la croix nous sommes tous sauvés ;

 

La nouvelle lune est une solennité, (Esa 1 :13)  j’entends : La nouvelle fortune est une grande opportunité ;

 

Le repos mensuel est éternel, (Ps 104 :19),  j’entends : Saturne le Moloch 7e idole  n’est pas d’accord ;

 

Le feu et les vers seront le châtiment des profanateurs (Esa 66 :22-24)  J’entends : Pour l’instant, rien à craindre ;

 

Ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés, (Jac 4 :12),  j’entends : Il faut radier et exterminer les faillibles ;

 

Soyez miséricordieux comme votre Père, (Mat 5 :48),  j’entends : La miséricorde n’existe pas dans notre enfer ;

 

Le Sabbat lunaire est le Sabbat éternel, (Ez 46) j’entends : Aucun démon ne désire pratiquer ces lois ;

 

Le vrai Sabbat démasquera le samedi du Moloch, (Ap 18) j’entends : Je choisis le plus lucratif des deux ;

 

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, (Mat 10 :28),  j’entends : Les trouillards vivent plus longtemps ;

 

Maudit soit l’homme qui ne paye pas son travailleur, (Jér 22 :13)  j’entends : Pourtant, il deviendra très riche ;

 

Les dieux règnent dans les coffres forts, (Jude 11), j’entends : heureusement pour les pillards de la planète ;

 

Les vainqueurs seront immortalisés, (Ap 3 :4), j’entends : Avec le butin nous pourrons  payer l’immortalité ;

 

La collecte est trop lourde pour l’enlèvement, (Ez 28)  j’entends : Nous pourrons payer notre voyage spatial ;

 

Les avares disparaîtront de la vie, (Ps 49),  j’entends : Il faut réussir au moins dans l’une des deux vies ;

 

Convertissez-vous et vivez, (Ez 18 : 32),  j’entends : Il n’y aura pas grand monde pour monter au ciel.

 

Tout est possible à celui qui croit, (Marc 9 :23)  j’entends : Il vaut mieux croire que le salut est gratuit.

 

Associer le Saint Nom de Dieu au profit est l’avidité qui désintègre la : Sainteté, justice, droiture et fidélité.

 

Depuis le Calvaire, le Nom de Jésus est la puissance d’attraction financière à nulle autre pareille. Hélas !

 

Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car large est le chemin de la perdition. Mat 7 :13

 

 

 

Similitude : Celles qui cherchaient un amoureux se firent de beaux seins afin de séduire les vicieux ;

 

Mais, avec la silicone cancérigène dans le sang,  les plaies annoncent un avenir très angoissant,

 

Imaginant déjà des années de souffrance, squelettiques,  jusqu’à ce que la mort apporte une délivrance.

 

La joie de séduire, d’accrocher plusieurs étalons, fait place brusquement à un désespoir très profond ;

 

A noter : Le vendeur de silicone était un commerçant, le buste bombée était celui d’une commerçante ;

 

Les deux vont sombrer lentement dans un désespoir inexprimable, une vie sacrifiée au plaisir égoïste ;

 

Pour l’un, c’était la joie des acquisitions financières, pour l’autre, la jouissance d’une séduction envoûtante ;

 

Celui qui sème pour la chair, moissonnera de la chair la corruption ; (Très douloureuse)

 

Celui qui sème pour l’Esprit, moissonnera de l’Esprit, la vie éternelle. (Gal 6 :8) Amen !

 

Celui qui a de l’intelligence cherchera à descendre du train « Avidité » avant d’arriver au terminus infernal.

 

Voir les commentaires

Publié le

Un Roi juste et pacifique, se voyant menacé avec son peuple

Par un empereur tyrannique qui semait partout la terreur,

Ouvrit son arsenal et remit à son armée de réservistes,

Des armes pour le jour où l’agresseur viendrait à l’improviste.

Les années passaient et l’envahisseur tardait à attaquer,

Car il étudiait comment combattre avec ruse et subtilité.

Ils envoyèrent de riches prostituées pour acheter ces armes.

Les militaires éméchés cédaient tout sans craindre le blâme.

Craignant une perquisition ils placèrent leurs pactoles dans des banques,

Sans savoir que le Roi avait un contrôle permanant des comptes.

Quand commença le siège de la ville, plusieurs militaires étaient riches,

Mais ne possédaient aucune arme pour défendre leur patrie.

Le roi, dans une confusion, institua une cour pour juger les coupables.

Son laboratoire passait toutes acquisitions à l’expertise des comptables.

Chaque dépôt devait être justifié par la nature des opérations.

Des chefs militaires devinrent des accusés dans une grande désolation.

Séduits par l’argent des prostituées, ils sacrifièrent armes et munitions.

Les banques transmettaient à la cour les comptes garnis des militaires,

Des plus petites sommes aux plus grosses, provenant des lances roquettes.

Une heure devant ce tribunal est une des épreuves les plus terrifiantes,

Où des juges impitoyables révèlent la gravité des actes malveillants.

Accusés de haute trahison pour une monnaie qui a depuis, perdu sa valeur !

La mort même semblait préférable à cette honte envenimée de terreur.

Il est écrit : Craignez Dieu et donnez lui gloire, car l’heure de son jugement

Est venue ; Dieu amènera toute oeuvre en jugement,

Au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal.

Depuis plusieurs millénaires, Dieu a ouvert son arsenal,

Il a remis des armes à ceux qui devraient défendre l’Alliance perpétuelle,

En montrant aux pécheurs les voies de l’obéissance pour la vie éternelle.

Les écrits des prophètes et Apôtres constituent l’arsenal céleste.

Placé entre nos mains, quel usage en fait le peuple dit « du reste » ?

Quelle terrifiante éventualité ! L’analyse des acquisitions bancaires,

Produites par la commercialisation des saintes valeurs littéraires.

Les promesses utilisées comme appâts pour séduire l’intelligence…

L’éloquence par laquelle on passe les lois et préceptes sous silence.

La manipulation intéressée des écritures hors de la Sainte Alliance…

Le choix de ce qui plaît à l’humain et hypnotise sa conscience.

Le mensonge intéressé par lequel on édifie une étonnante prospérité,

Au détriment des familles avilies et éprouvées par la pauvreté…

Les nombreux voyages réalisés avec le trop plein de l’iniquité,

Le culte du moi, nourri et développé par l’encensement des exaltés…

Supposons la prière d’un ange adressée à Jésus qui a pitié des démons:

Seigneur ! Envoies-nous dans les coffres où se cache le pognon

L’argent des cartels, des industries et le sang des fidèles coaguleront,

Jusqu’à ce que les misérables rendent l’âme dans la famine !

Et Dieu comprendra que les plus religieux sont pusillanimes.

Par le mépris des prémices, ils ne seront pas du nombre des 144000 ;

Par le reniement de la droiture sociale, ils seront cruels et répréhensibles.

Au jugement dernier, les anges ne seront pas les seuls coupables à la barre.

Ainsi parle l’Eternel : Je connais tes œuvres, Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant.

Puisses-tu être froid ou bouillant ? Parce que tu dis : Je suis riche,

Je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux,

Misérable, pauvre, aveugle et nu. Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime.

Aie donc du zèle et repends-toi. Dans toute valeur injuste il y a deux iniquités.

Ton compte dépôt obtenu par épargne du droit prescrit causera ta future nudité.

Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône,

Comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises.

Voir les commentaires

Publié le

Naboth était un juif pauvre qui ne possédait qu’une vigne.

Cet héritage faisait de lui un gardien fier et digne.

Les grappes colorées excitaient la convoitise des passants.

Le Roi Achab vit que ces raisins semblaient succulents.

Il dit à Naboth : Cède moi ta vigne, je paye à prix d’argent.

Il répondit : Que l’Eternel me garde de te donner l’héritage de mes pères !

Blessé de se voir refuser l’objet de sa royale convoitise,

Il en fit part à Jézabel, la Reine qui calmait toutes ses hantises.

Elle fit contre Naboth une accusation criminelle, et ordonna sa lapidation.

Heureux de l’avoir radié de sa vigne,  ils en prirent possession,

Se mirent à déguster ces raisins avec la cour et ses distingués.

Chaque grappe avait la saveur sanguinaire d’une âme sacrifiée.

Le Prophète Elie, envoyé par Dieu vers ce Roi accapareur,

Lui dit : Ainsi parle l’Eternel, celui qui pèse les actions des profiteurs :

Les chiens qui ont léché le sang de la victime des criminels,

Lècheront ton sang hors de la ville et dévoreront Jézabel.

Peu de temps après, s’accomplirent ces sentences contre la « profitation ».

La loi de la réciprocité que rappelle l’arc en ciel, s’est mise en action.

L’injustice et la méchanceté déterminent de déplorables destinées.

La fin du tyran est souvent identique aux radiations de ses subordonnés.

Dieu, dans sa loi, a donné un droit d’héritage à chaque pauvre ;

Cette libéralité légale est le dixième que Christ appelle l’aumône.

Le respect de cet héritage paternel est la divine bienveillance,

Par laquelle les brebis seraient sensées être dans l’abondance.

Ainsi parle l’Eternel ; Message transmis par le Témoin Fidèle :

Ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel,

Enseigner et séduire mes serviteurs par son impudique cupidité.

Elle radie vignerons et prophètes, puis s’empare de la propriété.

Quelles sont les conséquences à long terme de sa doctrine ?

L’agence mondiale de l’ONU pour l’alimentation (FAO) répond :

923 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde.

75 millions sont nouvellement touchés par la sous-alimentation…

Je ne suis qu’une cellule de cette race, mais solidaire de la rétention.

Avec Achab mon frère et Jézabel ma sœur, nous accumulons…

L’héritage des pauvres assure à nos enfants un brillant avenir.

Moins violent que ces assassins, je ne tue pas, mais je laisse mourir.

Encore un peu de temps et l’enfer atteindra tous ses objectifs,

Car, en alimentant les coffres forts, je suis responsable de leur supplice :

923 millions d’affamés qui remplissent le ciel de gémissements.

Encore un peu d’épargne et je doublerai le nombre des indigents.

923 millions de personnes qui souffrent est la conséquence directe,

Du rejet de la libéralité légale dans une gestion financière incorrecte.

Tout le ciel gémit en recevant les cris d’angoisse des affamés.

Des parents squelettiques font un trou pour  leurs petits décédés.

Ils ont fait cuire des feuilles sans sel, de l’argile en galettes,

Ils ont pleuré, prié, mais leur subside est emporté dans des mallettes.

La famille disparaît, la collectivité dépérit par un jeûne permanant.

Les orateurs du paradis boivent les dernières gouttes de leur sang.

De même que Jézabel dominait son mari par ses sortilèges, 

Mammon réunit les chrétiens et les capitalistes dans un même cortège.

La droiture légale sciemment rejetée est une domination qu’impose l’abîme,

Pour que le Bon Dieu soit accusé de refuser aux pauvres le pain légitime.

La planète terre créée avec pôles nord et sud jouit d’un parfait équilibre.

Le corps humain créé partie droite et gauche, jouit d’une perfection sublime.

La justice sociale et spirituelle produit la vie par la gestion des centimes.

La violation du droit torture l’affamé, et le riche tient Dieu pour responsable.

Le contrôle des acquis, au ciel, distingue les enfants de Dieu de ceux du diable.

Quiconque ne pratique pas la justice, ne l’a pas vu et ne l’a pas connu.

Que le juste pratique encore la justice, car par elle, la mort sera vaincu.

Voir les commentaires

Publié le

Après une révolution politique, les super riches furent tous emprisonnés.

Jugés comme responsables directes de la dégénérescence des infortunés,

Ils furent accusés du plus grand des crimes : le capitalisme antisocial.

Dépouillés, ils furent couverts de blâme devant cet implacable tribunal.

Jugés indignes de la nationalité, ils furent soumis à un strict régime :

Chaque jour, un morceau de pain rassis jusqu’à expiration par la famine.

Abandonnés dans des prisons infectes, tous honteux, se remémorèrent

Les chefs d’accusations mis en exergue par les juges qui vengeaient la galère :

Les employés durement traités ; Les misérables licenciés sans grief ;

Les contrats de travail inspirés par l’esclavagisme ; Le favoritisme des chefs ;

L’absence de couverture sociale pour ceux qui sont au bas de l’échelle.

Les employés indésirables chassés, qui se nourrissent dans les poubelles ;

Les femmes qui se livrent à la prostitution comme moyen de survivre ;

Les désoeuvrés qui forment des gangs et dévalisent les commerces des villes.

Désastres attribués aux capitaux placés dans les banques de plusieurs pays ;

Et au train de vie de ces riches dont les noms se distinguent par Monsieur le X…

Placés brutalement dans les cachots de l’impuissance et de l’inaction,

Plusieurs ont compris la nocivité sociale de l’avarice dans la gestion.

Avoir faim en prison, permet de comprendre ce qu’est la rage de la faim.

Etre malade, fait subir les souffrances des êtres qui ne reçoivent pas de soins.

La terre tourne. Les oppresseurs de ce peuple, accusés de capitalisme,

Subissaient le sort imposé aux pauvres qui luttaient pour gagner des centimes.

Torturés par le froid et la faim, après avoir été arrachés de leur paradis,

Plusieurs moribonds réalisèrent qu’un seul bien est précieux : La vie !

Que les capitaux empestés détériorent directement le bien être de la société,

Et qu’une réforme agraire peut être nécessaire pour la collectivité.

Depuis l’Eden, nos parents, par convoitise firent un geste maladroit ;

Cette initiative fit sortir d’eux tout désir de vivre en respectant le droit.

La race humaine est perçue par le Créateur comme une famille divisée,

Où la violation du droit prescrit cause la mort des pauvres défavorisés.

Quand Adam et Eve leurrés, expérimentèrent cette nouvelle souillure,

L’égoïsme de Caïn  se dressa contre Abel qui vivait par la justice et la droiture.

Le dixième de l’iniquité présente des chiffres qui étonnent les anges de la cité.

« Car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel » ; Dieu totalise l’iniquité.

Les génies du cosmos, chargés de masquer la bonté du vrai Christ,

Font de la droiture destinée aux brebis, une manne pour engraisser les érudits.

Jésus, le Juge des nations, entrevoyant les bilans de l’expertise individuelle,

Dit : Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il de la foi sur la terre ?

La révolution céleste est là,  l’analyse mondiale des comptes face aux droits.

Le bilan déplorable est le péché d’omission qui résulte du libre choix.

Après l’examen des religieux d’Israël, Jésus leur reprocha : « Un seul est bon »

Quand le Fils de l’homme viendra dans sa Gloire, il jugera les nations…

« Toutes les fois que vous n’avez pas fait l’aumône aux plus petits de mes frères

C’est à moi que vous ne l’avez pas fait. Retirez-vous, ouvrier d’iniquité ! »

La libéralité séquestrée a produit un enfer pour les pauvres défavorisés.

Votre mépris du droit a causé la grande tribulation imposée aux affamés.

Christ dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père,

Prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde,

Car toutes mes Paroles sont favorables à ceux qui marchent dans la droiture.

Mes prémices ont soutenu les misérables victimes de la cruelle conjoncture.

Si sa gauche est la justice impartiale, sa droite est la  vie par le droit social.

Je suis l’Eternel, je ne change pas. Le méchant comparaîtra avec son butin illégal.

Il sortira de la vase du capitalisme pour affronter la honte éternelle des perdus.

Le tribunal de la révolution céleste reconnaît par les chiffres l’oeuvre des élus.

Voici : Tu as été fidèle en peu de choses, dans la gestion des richesses injustes,

Viens, je te confierai beaucoup… Entre dans la joie de ton Maître…

Heureux ceux qui sont appelés aux réjouissances du festin des noces de l’Agneau.

Ils seront honorés sur cette table où tous mangeront en présence du Très Haut.

Voir les commentaires

Publié le

Admirez avec moi ce beau cortège qui traverse l’océan,

Ils sont vêtus d’une même parure où se marient le noir et le blanc ;

Ce sont des orques admirables parties pour une tournée de chasse ;

Ces prédateurs font régner la terreur car ils sont voraces.

Les voilà autour d’une mère baleine qui cajole son petit...

Alors commence une poursuite qui excite leur appétit.

Les distinguées de la bande s’appliquent à écarter les deux,

Puis, ils attaquent le jeune sans défense en lui crevant les yeux.

Ensemble, ils lui dévorent la tête et abandonnent les restes,

Se retirent, heureux d’avoir satisfait leur passion funeste.

Quand la mère retrouvera ce qui reste de son idylle,

Elle versera des torrents de larmes imperceptibles.

Si son angoisse se mesure à sa taille, quelles crampes d’entrailles!

Si sa douleur est comme son amour, quelle grande douleur !

La nature du péché se définit surtout par une cruauté inouïe,

Exercée par ceux qui oppriment pour satisfaire leur appétit.

Voyez ces crocodiles qui transforment la rivière en charnier,

Pour stocker les cadavres des pauvres buffles aventuriers.

Depuis la chute en Eden plusieurs espèces sont terrifiantes,

Mais la race humaine les surpasse par la cruauté de ses sciences.

Les violences d’hier nous parlent des missiles de demain,

Où Harmaguédon révèlera le pouvoir destructeur des humains.

Le père aimant révélé par le Fils affectueux et innocent,

Hypersensible à la douleur que subissent ses enfants,

Sans doute, de son trône, verse des torrents de larmes,

A la vue des atrocités terrestres dont souffrent les âmes.

Le Sauveur bienveillant, avec indignation et angoisses,

Fixe les yeux sur la création devenue un astre en pillage.

Le Saint Esprit console en pleurant de nombreuses victimes,

De cette tragédie où des profiteurs s’enrichissent par le crime.

Les anges angoissés, filment les œuvres cruelles et secrètes,

Clichés des sacs, scellés dans les dossiers du jugement éternel.

Car Dieu (à la fin) amènera toute oeuvre en jugement

Au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal.

Les orques qui se nourrissent en dévorant leurs victimes,

Portent des blessures mortelles aux cétacés, mères de l’abîme.

Dans sa nouvelle et cynique stratégie pour angoisser le Créateur,

Le malin tire une jouissance en opprimant les moissonneurs.

Les esclaves recevaient trois repas et les soins du corps…

Les chiens de garde ont la nourriture à satiété dans leur bol ;

Le serviteur qui ne reçoit pas un verre d’eau, est un laïc bénévole.

Ses enfants affamés se perdent, sa femme effarée l’abandonne,

Il travaille dans la grande tribulation où l’on ne partage pas.

Il oeuvrera dans la famine et la disette jusqu'à son trépas.

Car la justice libérale trébuche sur la place publique,

Et la droiture sociale ne peut s’approcher. (Esa 59)

La charité légale du plus grand nombre s’est refroidie.

Une des raisons pour lesquelles, il y a des temps difficiles.

Le récepteur gourou multiplie à l’infini le bénéfice qu’il perçoit…

Se remplir les poches, c’est de l’enfer la meilleure des lois.

Le dieu des gagnants sera une lumière changée en ténèbres,

Et la joie des orques se changera en tristesse funèbre.

Le nombre total des victimes sera publié dans l’univers,

Les cellules familiales désintégrées rediront leur calvaire,

De dévoués serviteurs abandonnés feront connaître leur misère,

Les comptables célestes publieront les sales chiffres d’affaires.

L’exercice de la justice consolera les êtres terrestres et célestes ;

Ainsi parle l’Eternel : Si vous n’écoutez pas, je pleurerai en secret,

A cause de votre orgueil mes yeux fondront en larmes.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 > >>

Lire mon livre gratuit

Articles récents

Hébergé par Overblog